Assurance vie : Déshérence, une opportunité !

Ces derniers mois, la gestion des contrats d’assurance vie en déshérence ou non-réclamés a fait couler beaucoup d’encre.

Au-delà du débat et des perceptions des différentes parties prenantes sur ce sujet, ces nouvelles dispositions ne viennent que renforcer les dispositifs déjà mis en place au sein des sociétés d’assurance.

Cependant des questions se posent si l’on veut transformer cette contrainte réglementaire en opportunité : Comment intégrer cette évolution du dispositif dans  le cycle de vie du contrat/client ? A quel moment du process,  est-il le plus adéquat de l’intégrer ? Doit-on intégrer le réseau commercial dans le dispositif ?  Quelles sont les sources d’information nous permettant d’identifier ces contrats ?

N’est-ce pas là une opportunité de créer une nouvelle ou une meilleure relation client ; Et ainsi créer de la valeur.

Au travers des divers retours d’expérience, nous avons pu identifier de nombreuses « pépites » non façonnées pour améliorer ce dispositif et la relation client, voire de prospection. Mais les actions à mettre en œuvre sont dépendantes de nombreux paramètres intrinsèques à la compagnie d’assurance.

De manière générale, il est nécessaire d’établir une définition commune et partagée de la notion de contrat supposé en déshérence. Nous avons constaté que les directions d’une même société avaient des définitions différentes et donc des critères d’identification, ce qui entrainait des confusions ou des erreurs dans le traitement.

Une fois défini, le travail va consister, dans un premier temps, à analyser le portefeuille sur la base des critères et de les implémenter sur les différents back-offices et outil de gestion de la relation client.

Nous avons noté que les résultats issus des systèmes d’information n’étaient pas homogènes (qualité des données, données non disponibles, multi-équipements/système d’information différents, …) et nécessitaient des traitements particuliers afin de consolider pour certains une vue globale du client.

Dans un second temps, et au regard de la segmentation, il faudra définir un plan marketing, opération et financier de ces contrats identifiés.

Et au final, intégrer de façon récurrente, ce nouveau process ou cycle de vie dans la stratégie et l’organisation de la société. En somme, une vraie politique d’entreprise au service des clients et préventive à mettre en œuvre pour les nouvelles souscriptions.