ANI, attention au deuxième effet kiss cool !

ANI, attention au deuxième effet kiss cool !

Avec la mise en place de l’ANI, les distributeurs de contrats complémentaires avaient un nouveau marché à conquérir : les entreprises sans complémentaire santé à destination de leurs salariés.

Pour cela, différentes stratégies ont été mises en œuvre pour informer et conquérir ces entreprises : Sites WEB spécialisés d’informations, tarificateur en ligne, animation de réseau relais comme les experts-comptables, outils d’aide à la vente dédiés pour les commerciaux, etc. tout en limitant les coûts d’acquisition. Sachant que la durée moyenne d’un entretien commercial en face à face est d’environ 1h30.

A 6 mois de la date fatidique, les premiers retours terrain ne font que confirmer les craintes émises lors du lancement de ces offres. Une très grande partie des entreprises n’ont souscrit que le socle de base !

Plusieurs facteurs : un contexte économique difficile, des chefs d’entreprises peu coutumiers du vocabulaire et des tableaux de garanties, des réseaux de distribution pas forcément habitués à négocier avec des chefs d’entreprise, etc…

Au final, beaucoup d’énergie dépensée pour acquérir ces nouveaux souscripteurs !

Mais attention au deuxième effet kiss cool, à savoir l’entrée en relation avec le client final, le salarié.

Leurs interrogations et questions pourraient être nombreuses sur la procédure à suivre (affiliation, CPAM), sur le contenu de l’offre et des services (base de remboursement, consultation des décomptes).

Ces clients finaux vont générer dans un premier temps des niveaux d’activités plus importants au niveau des centres d’appel et de gestion : dossiers administratifs incomplets, échanges NOEMIE non mis en place, factures envoyées à la mauvaise complémentaire.

Sous-estimer cette période d’entrée en relation avec ces nouveaux clients serait dommageable pour la suite.

Eh oui, au final ce sont bien eux qui vont juger l’offre et les services associés. Il ne faudrait pas qu’un grain de sable ne vienne générer du mécontentement au niveau du service client

Par ailleurs, pour ceux qui avaient déjà, à titre personnel, une complémentaire individuelle, la comparaison va être inéluctable : délais de remboursements, montant des remboursements, niveau et domaine de prise en charge en tiers-payant, l’accès à des réseaux de soins et les autres services d’assistance, décompte SS non reçu.

Êtes-vous prêts ?

Bertrand BOUTOILLE

FUXING CONSULTING, cabinet de Conseil en Management spécialisé en assurance accompagne les acteurs de ce secteur dans leur développement, leur innovation et leur transformation business.